Association Mieux s'entendre pour se comprendre

Aller au contenu

Menu principal

Classification et étiologie des surdités

Surdité

La classification des surdités peut s’effectuer de multiples façons . Les deux les plus couramment utilisées sont celle fonctionnelle et celle audiométrique .


Classification fonctionnelle:

Elle répartit les surdités en trois catégories : les surdités de transmission , les surdités de perception et les surdités mixtes .
- Les surdités de transmission ont pour origine des lésions de l’oreille externe et / ou de l’oreille moyenne . Elles ne créent pas de perte auditive supérieure à 60 dBs , ni de distorsions du message sonore , l’oreille interne étant normale . La perte auditive prédomine sur les sons graves jusque 1000 Hz , mais peut également toucher les aigus à moindre degré . L’audition par voie osseuse est normale. Le sujet n’éprouve pas de gêne en atmosphère bruyante . Les surdités de transmission peuvent bénéficier d’un traitement médical ou médico-chirurgical adapté . Elles constituent les surdités de loin les plus fréquentes .

- Les surdités de perception ont pour cause des lésions des voies neurosensorielles de l’audition ( oreille interne , nerf auditif , voies centrales ) . Elles entraînent des pertes auditives qui peuvent excéder 60 dBs . La perte auditive prédomine en général sur les aigus . La conduction osseuse est toujours affectée parallèlement à la conduction aérienne. Le sujet éprouve une gêne dans le bruit . Il existe des distorsions de la perception auditive qui perturbe l’intelligibilité de la parole . Les surdités de perception ne sont améliorées que par des prothèses auditives .
Si l’atteinte se situe dans l’oreille interne , on parle de surdité endocochléaire . Si elle se trouve au niveau du premier neurone , il s’agit d’une surdité rétrocochléaire . Par contre , s’il y a atteinte des deuxième et troisième neurone , la surdité sera appelée surdité centrale.

- Les surdités mixtes associent la surdité de transmission à celle de perception où l’une prédomine sur l’autre .


Classification audiométrique:

Elle classe les surdités suivant leur degré de perte auditive . La perte auditive se calcule sur la perte en voie aérienne des fréquences conversationnelles classiques ( 500 , 1000 , 2000 et 4000 Hz ) . On additionne les valeurs en dBs et on divise la somme par quatre . On compte 120 dBs de perte pour toute fréquence non perçue . Le calcul est réalisé pour chaque oreille séparément . On prend en considération le chiffre obtenu pour les deux oreilles pour classer le déficient auditif dans une catégorie .
La classification s’effectue de la manière suivante :
- Audition normale et subnormale : perte auditive inférieure à 20 dB.

- Surdité légère : perte de 21 à 40 dB.

- Surdité moyenne : 41 à 70 dB de perte.
Il existe deux groupes :
Groupe I : 41 à 55 dB de perte.
Groupe II : 56 à 70 dB de perte.

- Surdité sévère : 71 à 90 dB de perte.
Il existe deux groupes :
Groupe sévère I : 71 à 80 dB de perte.
Groupe sévère II : 81 à 90 dB de perte.

- Surdité profonde : au-delà de 90 dB de perte.
Il existe trois groupes :
Groupe profonde I : 91 à 100 dB de perte.
Groupe profonde II : 101 à 110 dB de perte.
Groupe profonde III : 111 à 119 dB de perte.

- Cophose : surdité totale : 120 dB de perte.


Étiologie des surdités:

Les surdités de transmission

Elles ont différentes causes telles que l’inflammation de l’oreille moyenne ( les otites chroniques , le cholestéatome ) , les obstructions du conduit auditif externe ( bouchon de cérumen , corps étranger , séquelles de traumatisme , otite externe ) , les malformations de l’oreille moyenne associées ou non à une malformation de l’oreille externe , les traumatismes de l’oreille moyenne , les tumeurs de l’oreille externe ou moyenne et l’otospongiose .
On admet que , dans la tranche d’âge 2-8 ans , 10 % des enfants présentent un certain degré de surdité par otite séreuse et que donc , dans toute classe de maternelle , de C.P-C.E1 , il existe trois malentendants en puissance .

Les surdités de perception


Elles sont réparties en deux catégories : les surdités héréditaires et les surdités acquises .
Les surdités héréditaires représenteraient 20 à 30 % des surdités de perception de l’enfant . Elles peuvent être présentes à la naissance ou apparaître plus tardivement .
Parfois elles peuvent être évolutives .
Les surdités acquises se divisent en surdités prénatales ( d’origine virale , parasitaire , infectieuse ou toxique , et endogène ) , en surdités néo-natales provoquées par un traumatisme obstétrical , une infection , une anoxie néo-natale , des causes toxiques ( aminosides ) ou un ictère nucléaire et en surdités post-natales dues à des inflammations et des infections virales ou microbiennes , à des causes toxiques , à des carences ou pathologie d’organe , à des traumatismes labyrinthiques ou à une compression du nerf auditif . Les incidences des surdités de perception acquises sur le langage sont différentes suivant la période à laquelle elles apparaissent par rapport à la naissance .
Pour 40 % des surdités , l’origine demeure inconnue .

Les troubles associés:

Des éléments malformatifs ou déficitaires peuvent venir s’ajouter à la surdité , accentuer plus ou moins lourdement le handicap auditif et créer des problèmes qui se révèlent insolubles sur le plan rééducatif .
La surdité peut être associée à un autre déficit sensoriel tel que : cécité , malformations crânio-faciales ou faciales ( bec de lièvre , dystrophies ) , déficit intellectuel , déficit moteur , troubles neurologiques , troubles de la latéralisation , troubles psychopathologiques .


Grâce à une telle classification, les différents professionnels participant à la prise en charge de la surdité de l’enfant se représentent la perte auditive selon les mêmes repères de référence.

Les indices évocateurs d’une surdité:


Un enfant sourd peut présenter certaines particularités qui peuvent être repérées par son entourage ou bien encore par l’enseignant:
- Retard à la marche ou maladresse motrice : le manque de stimulations auditives peut entraîner un retard psychomoteur, car comme nous l’avons vu, l’audition joue un rôle majeur dans la construction des repères spatio-temporels.

- Absence de réaction aux sons (que ce soit la voix des parents ou les bruits familiers de la vie quotidienne) et à l’appel de son prénom.

- Epuisement progressif du babillage : les bébés qui présentent une déficience auditive babillent jusqu’à l’âge de six mois, puis leur babillage s’épuise, car les seules sensations qu’ils obtiennent en retour de leurs jeux vocaux sont les vibrations qu’ils ressentent au niveau du larynx.

- Troubles du langage : absence, retard ou régression du langage.

- Troubles d’articulation : Les enfants déficients auditifs peuvent présenter des troubles d’articulation car leur perception des sons est déformée : ils enregistrent une mauvaise image auditive des mots et les prononcent donc avec des défauts d’articulation.

- Troubles de la voix : l’enfant sourd ne s’entend pas parler et contrôle donc mal sa voix.

- Difficultés scolaires : En effet, une des causes possibles d’un retard dans les acquisitions scolaires est l’existence d’une déficience auditive. Par ailleurs, un enfant qui obtient des résultats très différents selon le mode de présentation de la consigne doit mettre la puce à l’oreille. L’attention de l’enseignant doit également être attirée par des résultats qui se dégradent progressivement : il peut s’agir alors d’une surdité acquise récemment, d’une surdité évolutive ou même d’une surdité congénitale qui n’était pas connue jusqu’alors et qui est révélée par les difficultés de l’enfant face aux exigences des classes supérieures.

- Troubles du comportement : il est également nécessaire de s’interroger au sujet d’un enfant qui peut paraître particulièrement distrait et inattentif, souvent d’une grande instabilité psychomotrice ; il faut alors rappeler qu’un enfant sourd est en perpétuelle recherche d’informations au sein de son environnement, surtout par le canal visuel puisque l’audition se trouve altérée, ce qui explique qu’un tel enfant donne l’impression de ne pas tenir en place. De plus, une opposition, qu’elle soit passive (enfant inhibé) ou active (enfant agressif ou coléreux) peut être évocatrice d’une surdité parce qu’un enfant déficient auditif est confronté à une multitude de frustrations qu’il n’est pas toujours en mesure de comprendre.




audition normale: cliquez sur ce lien pour entendre ce qui est perçu



audition avec une surdité de perception légère: cliquez sur ce lien pour entendre ce qui est perçu



audition avec une surdité de perception moyenne: cliquez sur ce lien pour entendre ce qui est perçu



audition avec une surdité de perception sévère: cliquez sur ce lien pour entendre ce qui est perçu

Retourner au contenu | Retourner au menu