Association Mieux s'entendre pour se comprendre

Aller au contenu

Menu principal

Dépistage et diagnostic

Surdité

Le dépistage

On appelle dépistage le tri des sujets qui sont normaux avec certitude de ceux où il existe un doute sur l‘intégrité des fonctions touchant à la communication en repérant les signes de surdité . Il ne peut prétendre affirmer à coup sûr l’existence d’ un trouble , mais il permet de donner l’alerte .Dès qu’on détecte un ou plusieurs signes de surdité , l’enfant doit être dirigé vers un médecin O.R.L audiophonologiste ou vers un service spécialisé pour confirmer l’existence de la surdité soupçonnée , pour en déterminer la cause et pour débuter le traitement .
Le dépistage exige une sensibilisation de toutes les personnes qui s’occupent de l’enfant dans les premiers jours de sa vie ( accoucheurs , sages-femmes , pédiatres , personnels des crèches , des haltes-garderies ......)
Le dépistage précoce des troubles de l’audition permet d’installer un appareillage correct rapidement , de réaliser une rééducation adaptée à l’enfant et de choisir les mesures éducatives appropriées afin d’atténuer les répercussions de la surdité chez l’enfant . Il permet également d’utiliser au maximum les possibilités de l’enfant avant que son handicap n’ait déjà entraîné des perturbations dans sa saisie du monde et ses comportements . Il favorise l’émergence d’un langage oral de qualité à l’enfant sourd . Plus il intervient tôt , meilleurs seront les résultats éducatifs pour l’enfant . Il constitue l’élément de base sur lequel repose l’avenir de l’ enfant .


Les âges du dépistage

Le dépistage se déroule à plusieurs périodes optimales de la vie de l’enfant : à la naissance , à 9 et 24 mois et en milieu scolaire .
Le dépistage peut se pratiquer hors de ces périodes pour écarter toute incertitude qui subsisterait au niveau de la suspicion de la surdité pour diverses raisons . La vigilance doit s’exercer au cours de toute l’enfance . Il doit être répété régulièrement car une surdité peut s’installer à tout moment de la vie de l’enfant ou car un déficit discret peut rester longtemps ignoré .


Les signes d’alerte

Ils découlent des conséquences de la surdité sur le développement de l’ enfant .
Au cours du développement de l’enfant , on peut repérer des signes dans le comportement de l’enfant qui évoquent la présence d’une surdité et qui attirent l’attention des parents ou des enseignants .Ces signes ne se traduisent pas de la même façon suivant l’âge de l’enfant. Ils se concrétisent :
- dans les premiers mois par une absence de réaction aux bruits , un sommeil trop calme des réactions très positives aux vibrations et au toucher .

- entre 3 et 12 mois par des sons émis non mélodiques , une absence d’articulation , une installation d’une communication gestuelle de désignation .

- entre 12 et 24 mois par une absence de parole articulée , une inattention pour ce qui n’ est pas dans son champ visuel , des émissions vocales incontrôlées .

- entre 24 et 36 mois par un retard de parole , une grande difficulté d’ articulation , des troubles du comportement relationnel , des difficultés motrices de situation .

- au-delà de 36 mois par un retard de parole et de langage , des troubles psychomoteurs et un retard scolaire . L’enfant fait répéter , a besoin de regarder les lèvres pour comprendre son interlocuteur .

- pour une surdité acquise par une régression de l’ expression vocale , une détérioration de la parole articulée , une modification du comportement , agressivité et frayeurs surtout la nuit , régression des performances scolaires .
Très souvent , la surdité est suspectée par les parents , l’instituteur , l’entourage , le médecin traitant , le médecin O.R.L , le pédiatre ou le médecin scolaire .


Les méthodes de dépistage

Le dépistage s’effectue à l’aide de tests tels que le Veit-Bizaguet , le Test Comportemental Auditif , le Peep-Show , les jouets sonores et les tests vocaux à voix chuchotée .


Le diagnostic

Le diagnostic consiste à identifier la maladie d’après ses symptômes . Il confirme la présence de la surdité suspectée par les tests du dépistage .
Il est établi par un médecin O.R.L ou phoniatre audiophonologiste . Il fixe la réalité de la perte auditive et la chiffre . Il repose sur des examens bien précis , à la fois subjectifs et électrophysiologiques .
Le diagnostic précoce permet le port de la prothèse et la rééducation du langage aux périodes les plus favorables .
Il est important d’avoir en plus du diagnostic auditif une évaluation approfondie des compétences communicatives et linguistiques propres à chaque enfant.

Le bilan clinique

Il comporte un interrogatoire des parents qui permet de connaître des renseignements sur le passé médical , les antécédents familiaux , les comportements de l’enfant , une observation des réactions auditives de l’enfant à des sons produits inopinément à distance déterminée idéalement calibrés comme avec le T.C.A ou à des instruments sonores au cours de jeux dirigés soit par le médecin traitant , soit par le médecin O.R.L , soit par l’orthophoniste et proposés à l’enfant suivant son âge et un bilan O.R.L pratiqué au moyen de l’otoscopie par microscope pour connaître l’état de l’oreille et pour détecter la présence d’éventuelles pathologies associées . Il met en évidence les signes d’appel de la surdité .

L’audiométrie infantile

Les examens audiométriques permettent d’identifier le type de surdité ( transmission , perception , mixte ) et son importance . Les techniques audiométriques utilisées doivent être adaptées à l’âge et au développement mental de l’enfant . On se sert de méthodes subjectives telles que le Test Comportemental Auditif (T.C.A , test extrêmement intéressant chez l’enfant jeune mais ne donnant pas de courbe auditive ) , le Réflexe d’ Orientation Conditionné ( R.O.C ) , le Peep-Show , l’ audiométrie vocale et tonale et de méthodes objectives telles que l’ impédancemétrie , les Potentiels Evoqués Auditifs Précoces .

Circonstances du diagnostic

Le diagnostic s’effectue :
- chez le nouveau né suite au dépistage précoce du fait d’antécédents familiaux de surdité , de pathologie maternelle pendant la grossesse ou d’antécédents obstétricaux , de prématurité ou de pathologie grave néo-natale , par l’existence de malformations notamment de la face et de l’oreille externe .

- chez le nourrisson par l’examen de l’audition du neuvième mois et du vingt-quatrième mois , par l’absence de réaction aux bruits notée par l’entourage , l’appauvrissement du babillage , par un contrôle auditif imposé par des antécédents particuliers . Ce dépistage ne concerne que les enfants qui présentent un risque alors que cet examen est prévu à ces différentes dates dans le carnet de santé de l’enfant . Il devrait être appliqué de façon systématique à tous les enfants pour que la surdité soit dépistée le plus tôt possible .

- à l’âge préscolaire devant la constatation d’un retard de langage , la présence d’otites à répétition ou d’otorrhées chroniques .

- à l’âge scolaire par la présence d’éléments tels que l’échec scolaire , les troubles du comportement , le retard ou le trouble de la parole , les otites chroniques , les traumatismes crâniens , les méningites bactériennes .


Tout orthophoniste prenant en charge un enfant présentant un retard de langage doit penser à la possibilité de l’existence d’une surdité et demander un bilan adéquat .


Retourner au contenu | Retourner au menu