Association Mieux s'entendre pour se comprendre

Aller au contenu

Menu principal

Le bilan pré-implantation

Implant cochléaire

Le bilan pré-implantation

Il est effectué pour savoir s'il n'existe pas une autre solution de réhabilitation auditive que l'implant cochléaire. Ce bilan prend du temps et peut durer plusieurs mois.

Le bilan audiométrique

Il est réalisé par le médecin audiophonologiste ou par le technicien en audiologie. Il permet de savoir le plus précisément possible quel est le degré de surdité du patient. Il comprend une audiométrie tonale, une audiométrie vocale et des potentiels évoqués auditifs.

Le bilan audioprothétique

Ce bilan est effectué par l'audiologiste ou par l'audioprothésiste. Il vérifie que toutes les possibilités d'appareillage ont été épuisées et qu'aucune d'entre elles ne permet une récupération auditive suffisante.
L'appareillage conventionnel est considéré comme étant un échec quand le sourd appareillée a suivi une rééducation orthophonique intensive pendant au moins 6 mois qui ne lui a pas permis de progreser en communication et en langage.

L'examen otologique

Il a pour but de détecter toutes les infections de l'oreille moyenne pour envisager un traitement avant l'implantation.

Le bilan médical

Il vérifie le bon état de santé général du patient afin de permettre l'anesthésie générale et la chirurgie d'implantation.

Le test électrique

Il n'est pratiqué qu'en cas d'hésitation sur le côté à implanter. Il évalue le fonctionnement du nerf auditif. Il faut vérifier qu'il reste assez de fibres nerveuses auditives pour pouvoir transmettre l'information fournie par l'implant au cerveau. Il est réalisé sous anesthésie générale chez l'enfant et sous anesthésie localenchez l'adulte.

Le bilan radiologique

Il comporte une IRM et un scanner qui permettent de visualiser les éventuelles malformations ou ossifications de l'oreille interne.
L'examen raiologique procure aussi des informations pour la chirurgie.
Ce bilan est effectué sous anesthésie générale pour l'enfant mais pas pour l'adulte.

Le bilan orthophonique

Chez l'enfant, l'orthophonistedébute par un échange avec les parents sur le développement de leur enfant. il évalue ensuite le niveau de communication verbale (production ou non de cris, de sons, de mots ou de phrases selon l'âge de l'enfant) et celui non verbale (gestualisation, mimiques. communication par le regard)
Grâce à ce bilan, il peut connaître l'envie de communiquer, les capacités d'apprentissage et les principales difficultés de l'enfant. Il étudi par la même occasion la qualité de la voix de l'enfant, ses modes de compensation et ses processus d'attention et de mémorisation.
Chez l'adulte, l'orthophoniste commence par s'entretenir avec le patient pour connaître son histoire médicale et oto-rhino-laryngologique , ses attentes, ses motivations par rapport à l'implant cochléaire.
Il détermine aussi les capacité langagières, les moyens de communication et les stratégies mises en place par le patient pour compenser son déficit auditif
(lecture labiale, écrit, gestes...). La lecture labiale est évaluée de façon précise.

Evaluation psychologique

Elle est faite par l'ensemble de l'équipe d'audiophonologie et fournit des informations importantes pour l'éventuel soutien psychologique à mettre en place et pour l'adaptation au programme de rééducation.
Il faut analyser le mieux possible la demande du patient ou des parents pour l'enfant, la motivation réelle, les attentes et les bénéfices attendus avec l'implant.

Grâce aux résultats obtenus lors de ces différents bilans, l'équipe du centre d'implantation propose ou non l'implant cochléaire. Si cette proposition est faite au patient ou aux parents de l'enfant sourd, c'est le patient ou les parents pour l'enfant qui décide et donne l'accord.

Retourner au contenu | Retourner au menu